070 JOURS DU DEPART POUR COMPOSTELLE DE SEBASTIEN WIMMER

13 juin 2018   

IL FAIT TRES CHAUD, C’EST TRES DURE, MAIS IL LE FAIT……

Notre Sébastien est dans la partie la plus chaude et montagneuse de l’Espagne. Il a passé les régions de Navarre, La Rojia, et en ce moment il est en Burgos. Sa consommation d’eau est de 5 litres /  jour. Il privilègie un départ le matin au lever du soleil pour un vrai moment de fraîcheur afin de terminer tôt ses 25 kilomètres car l’après-midi, c’est 35° à l’ombre.

C’est le début de la haute saison et sur le chemin de Compostelle c’est un peu le périphérique de Paris.

L’accueil du Pèlerin est une quasi-industrie : on analyse, on décortique les statistiques pour mieux satisfaire la demande. On s’adapte aux langues, l’allemand d’abord et l’anglais ensuite. L’américain en particulier car depuis 5 ans, ils sont de plus en plus nombreux à franchir le Pacifique pour réaliser le périple. L’an dernier, on comptait plus d’Américains que de Français, d’après le responsable du tourisme au gouvernement de Galice.

Notre « seb » est en forme, il a parcouru 1583 km soit 22,61 km de moyenne / jour. Il tient à terminer son pèlerinage afin d’obtenir la « COMPOSTELANE » mais pas ses chaussettes comme vous pourrez le remarquer sur les photos.

Bonne continuation à notre ASSORIEN.

Patrick DIDIER

Texte & photos